Valeurs Actuelles

La France perd son triple A (Standard & Poor’s). Psychodrame autour de ce qu’Alain Minc avait appelé «  notre trésor ».Mais quelques jours après, deux autres agences de notation le lui conservent. (Moody’s, Fitch) : deux à zéro. 

Depuis l’annonce de Standard & Poor’s la France a levé 9 milliards d’euros à des taux inférieurs à ceux qui précédaient cette annonce ; une bonne consolation pour nos finances et notre amour propre.

Mais ces contradictions ouvrent à nouveau le procès des fameuses agences de notation. Comme ne manque pas de le noter Catherine Nay dans Valeurs Actuelles

« Les agences de notation qui évaluent les risques pour leurs clients sont des thermomètres. Mais il leur est arrivé de tricher avec le mercure. Sur les subprimes, par exemple, qu’elles garantissaient comme produits fiables aux investisseurs alors qu’ils se sont révélés hautement toxiques. (Mais leurs clients, les banques en l’occurrence, participaient à leur capital. Cela s’appelle un conflit d’intérêts.) Ou encore, huit jours avant la faillite d’Enron, elles lui donnaient la meilleure note. »

La vraie question demeure donc celle de nos déficits. Sur ce point constate encore Catherine Nay :

« Tous les regards se portent vers l’Allemagne, championne du triple A. À la fin des années 1990, Gerhard Schröder a remis le pays sur les rails en lui imposant une cure d’austérité. Les Allemands en ont bavé. Schröder a perdu le pouvoir. Mais, si l’Allemagne est aujourd’hui la deuxième puissance exportatrice mondiale et le numéro un en Europe, c’est grâce à lui. Angela Merkel est la bénéficiaire de sa politique. »

« Pendant que les Allemands se serraient la ceinture, la France faisait les 35 heures. (Aucun pays ne nous a imités.) Avec ses effets pervers : les délocalisations, une disparité de smic que Jacques Chirac a unifié par le haut, ce qui a beaucoup nui à notre compétitivité. Depuis plus de trente ans, nous vivons à crédit. »

Et la question demeure : qui des candidats actuels aura le courage d’y mettre fin ? Un socialiste comme en Allemagne ?

 

Source : http://www.valeursactuelles.com/notre-opinion/notre-opinion/au-pied-mur20120119.html