Noël, César et la liberté des chrétiens

Le Financial Times a publié jeudi 20 décembre une tribune du pape Benoît XVI consacré à l’engagement des chrétiens dans le monde. L’idée est venue à la suite de la parution du dernier livre du Saint-Père sur l’enfance de Jésus. Malgré le caractère insolite de la requête, le pape a accepté de livrer ses réflexions dans les colonnes du prestigieux quotidien, rubrique « Opinion ».

Le pape fait un parallèle entre le message de la crèche et la réponse de Jésus sur le paiement de l’impôt. Noël est un message doublement politique : la royauté du Christ, qui n’est pas de ce monde, libère l’humanité de l’idolâtrie du pouvoir, et le pouvoir de la tentation totalitaire. Et il engage l’homme à servir les plus faibles, tous créés à l’image de Dieu, en transcendant toute forme d’idéologie.

Nativité

Nativité, par Ghirlandaio, 1482-1485.

« RENDEZ A CESAR ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Telle fut la réponse de Jésus, à qui on avait demandé ce qu’il pensait du paiement des impôts. Il s’agissait d’une question piège car on voulait le forcer à prendre parti dans le débat politique sur la domination romaine qui agitait Israël. Mais, au-delà de ceci, ce qui était en jeu était de savoir si Jésus était vraiment le Messie attendu, qui se serait opposé aux Romains.

La question avait été calculée pour l’impliquer ou bien le dénoncer comme une menace pour le régime, ou comme un imposteur.

La réponse de Jésus plaça habilement la question à un autre niveau, mettant en garde à la fois contre une politisation de la religion et la divinisation du pouvoir temporel, ainsi que la recherche inlassable de la richesse. Ses auditeurs devaient comprendre que le Messie n’était pas César, et que César n’était pas Dieu. Le royaume de Dieu que Jésus était venu établir était d’une toute autre dimension. Comme il répondit à Ponce Pilate, son royaume n’était pas de ce monde.

Le message de Noël à César

Le récit de Noël fourni par le Nouveau Testament a pour but de transmettre un message similaire.

Jésus est né au cours d’un recensement général, ordonné par Auguste, l’empereur connu pour avoir garanti la Pax romana aux pays soumis à la Rome. Pourtant, né dans un lieu inconnu et lointain de l’empire, il allait offrir au monde une paix beaucoup plus grande, vraiment universelle par ses objectifs et dépassant les limites de l’espace et du temps.

Jésus est présenté comme l’héritier du roi David, mais la libération qu’il a apporté à son peuple n’était pas de tenir à distance les armées ennemies, mais de vaincre à jamais le péché et la mort.

Repenser nos priorités

La naissance du Christ nous invite à repenser nos priorités, nos valeurs, notre mode de vie. Si Noël est certainement un moment de grande joie, c’est aussi l’occasion d’une réflexion profonde, ou plutôt d’un examen de conscience.

À la fin d’une année de difficultés économiques pour beaucoup, que pouvons-nous apprendre de l’humilité, de la pauvreté, de la simplicité de la crèche? Noël peut être une occasion d’apprend à lire l’Évangile, de connaître Jésus non seulement comme l’enfant de la crèche, mais comme celui dans lequel nous reconnaissons Dieu fait homme.

C’est dans l’Évangile que les chrétiens puisent l’inspiration pour leur vie quotidienne et pour leur implication dans les affaires du monde, que ce soit au parlement ou bien sur un marché boursier. Les chrétiens ne doivent pas fuir le monde, ils doivent s’y engager. Mais leur implication en politique et dans l’économie devrait transcender toutes formes d’idéologie.

Les chrétiens luttent contre la pauvreté parce qu’ils reconnaissent la dignité suprême de tout être humain, créé à l’image de Dieu et destiné la vie éternelle. Ils oeuvrent pour un partage équitable des ressources car, gardiens de la création de Dieu, ils ont le devoir de prendre soin des plus faibles et des plus vulnérables. Les chrétiens sont opposés à la cupidité et à l’exploitation, convaincus que la générosité et l’amour désintéressé, enseigné et vécu par Jésus de Nazareth, est le chemin qui mène à la plénitude de vie.

La foi chrétienne en la destinée transcendante de chaque être humain implique l’urgence de la tâche de promouvoir la paix et la justice pour tous. Pour que ces objectifs soient largement partagés, une fructueuse collaboration est nécessaire entre les chrétiens et les non chrétiens.

Libres de toute idéologie

Si les chrétiens rendent à César seulement ce qui lui est dû, et non ce qui appartient à Dieu, ils ont pu au cours de l’histoire, ne pas accéder aux demandes de César. Du culte de l’empereur de la Rome antique aux régimes totalitaires du XXe siècle, César a essayé de prendre la place de Dieu. Et lorsque les chrétiens refusent de se prosterner devant les idoles de notre époque, ce n’est pas parce qu’ils ont des vues dépassées du monde, mais parce qu’ils sont libres de toute idéologie.

Animés par une vision noble de la destinée humaine, ils ne peuvent transiger avec tout ce qui pourrait y porter atteinte. En Italie, de nombreuses crèches sont ornées de ruines romaines qui rappellent que la naissance de l’Enfant Jésus marque la fin de l’ordre ancien, le monde païen, dans lequel les revendications de César semblaient impossibles à contester.

Maintenant, il y a un nouveau roi, qui ne met pas sa confiance dans la force des armes, mais dans la puissance de l’amour. Il apporte l’espérance à tous ceux qui vivent en marge de la société. Il apporte de l’espoir à ceux qui sont victimes d’un monde précaire. De la crèche, le Christ nous appelle à vivre comme des citoyens de son royaume céleste, un royaume que toutes les personnes de bonne volonté peuvent aider à construire ici sur terre ».

 

Tribune parue dans le Financial Times du 20/12/2012, rubrique opinion, sous le titre : "A time for christians to engage with the world"
Traduction Salle de presse du St-Siège/Liberté politique
Illustration : Nativité, par Ghirlandaio, Florence, Santa-Trinita,1482-85 (détail).

 

*