Décryptage

Décryptage

  • Eh non, Gérard Collomb, les djihadistes ne préviennent pas avant d’agir…

    Eh non, Gérard Collomb, les djihadistes ne préviennent pas avant d’agir…

    Article rédigé par Causeur, le 03 avril 2018

    Thème : France

    Source [Causeur]  Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a avoué que le terroriste fiché S, Radouane Lakdim, allait être « mis en veille » au moment où il a « brusquement » agi. Il assure pourtant ne pas avoir relevé de « dysfonctionnement ». De quoi se poser des questions sur l’aveuglement de certains et sur l’efficacité de nos services de renseignement…

  • Macron et Arnaud Beltrame : pas de "catholique" qui tienne

    Macron et Arnaud Beltrame : pas de "catholique" qui tienne

    Article rédigé par Boulevard Voltaire, le 02 avril 2018

    Thème : France

    Ne pas replacer le geste et la figure du colonel Beltrame dans leur élément catholique, c’est se priver d’une source, d’un ressort indispensables dans la nécessaire reconquête culturelle de la jeunesse.

  • Jeff Koons : un bouquet embarrassant

    Jeff Koons : un bouquet embarrassant

    Article rédigé par Aude de Kerros, le 02 avril 2018

    Thème : Art

    Les « tulipes » de Jeff Koons sèment la discorde à Paris : un hommage aux victimes du terrorisme avec une oeuvre discutable ?

  • Le traitement des attentats par les médias démontre qu’ils sont résignés

    Le traitement des attentats par les médias démontre qu’ils sont résignés

    Article rédigé par Causeur, le 31 mars 2018

    Thème : France

    Ou le faux problème de la question du passage à l’acte...

  • Anne Coffinier : "Aucun djihadiste n'est jamais sorti d'une école hors contrat !"

    Anne Coffinier : "Aucun djihadiste n'est jamais sorti d'une école hors contrat !"

    Article rédigé par Valeurs actuelles, le 31 mars 2018

    Thème : Education

    Au terme de discussions nombreuses et houleuses, le parlement vient d’adopter définitivement la nouvelle loi d’encadrement des écoles indépendantes. Anne Coffinier, présidente de la Fondation pour l’Ecole, revient sur cette loi réécrite au fil des revendications du hors-contrat.

  • Etats-généraux de la bioéthique : un basculement historique à Sciences Po

    Etats-généraux de la bioéthique : un basculement historique à Sciences Po

    Article rédigé par Fabien Bouglé, le 30 mars 2018

    Thème : Bioéthique

    Le pays réel a clairement rappelé qu’il est en opposition formelle avec ces dérives dangereuses pour l’humanité.

  • Vigilance Hallal

    Vigilance Hallal

    Article rédigé par Liberté politique, le 30 mars 2018

    Thème : France

    Liberté politique reçoit pour un entretien exclusif Alain de Peretti, le fondateur de Vigilance Hallal.  

  • Discours d’hommage aux victimes du terrorisme : derrière l’inflation sémantique, l’impuissance politique

    Discours d’hommage aux victimes du terrorisme : derrière l’inflation sémantique, l’impuissance politique

    Article rédigé par Atlantico, le 29 mars 2018

    Thème : Engagement

    Source [Atlantico] A l’occasion de son discours tenu lors de l'hommage national à Arnaud Beltrame, Emmanuel Macron a évoqué "l'esprit français de résistance"... mais aussi, paradoxalement, la "résilience" de la nation. Un signe que le chef de l'Etat se débat avec son époque.

  • Scolarisation obligatoire dès 3 ans : une exception française ?

    Scolarisation obligatoire dès 3 ans : une exception française ?

    Article rédigé par Liberté Politique, le 29 mars 2018

    Thème : Education nationale

    Mardi 27 mars, le Président de la République a ouvert les Assises de l'école maternelle auxquelles participent 400 membres et partenaires de la communauté éducative. La mesure phare a été l’annonce de la scolarisation obligatoire dès 3 ans.

  • Goldnadel : «Non, la résistance n'est pas la résignation»

    Goldnadel : «Non, la résistance n'est pas la résignation»

    Article rédigé par Le Figaro, le 28 mars 2018

    Thème : Société

     Source [Le Figaro] Gilles-William Goldnadel reproche à Emmanuel Macron d'employer le mot «résistance» quand l'attitude de l'exécutif et avec lui d'une large partie de la classe politique française s'apparente selon lui à de la «passivité».

    Des mots… Dans ce moment, il faut prendre garde aux mots.

    Ainsi, le président de la République vantait «l'esprit de résistance que notre peuple a démontré chaque fois qu'il a été attaqué». Mais il suffit des phrases creuses. La résistance n'est pas la résignation. Avant que ne tombe dans l'oubli ce nouvel attentat de Carcassonne, qui sera enterré par un autre attentat, tant le vivier des crapules suicidaires est trop nombreux, il convient à nouveau de dire leur fait aux partisans de la mort lente ou à ceux du trépas accéléré.

    Non, Emmanuel Macron, la résistance n'est pas l'autre mot de la résignation.

    On ne peut à la fois rituellement invoquer son esprit et poursuivre «en même temps» une politique suicidaire de démission en matière d'immigration massive en élargissant le regroupement familial des migrants. On ne peut non plus incriminer par mauvais temps le djihadisme et nommer par temps trompeur un islamiste, Yassine Belattar, à tel poste pour lancer un signal connivent à certains en banlieue.

    Il y a pire encore que les mots aimables pour tout le monde ou les mots creux: ceux remplis de haine. M. Mélenchon, comme souvent, n'est pas content: «suppliques aux médias pompes à clics. Pour l'honneur du gendarme assassiné: pouvez-vous renoncer au plaisir de nous salir et cesser de reproduire les tweets écœurants de Stéphane Poussier que nous avons tous condamnés?».

    Las, M. Mélenchon, souffrez que je reproduise une fois encore le gazouillis de votre ancien candidat Insoumis dans le Calvados, pour les besoins de ma démonstration: «À chaque fois qu'un gendarme se fait buter, et c'est pas tous les jours, je pense à mon ami Rémi Fraisse… Là c'est un colonel, quel pied! Accessoirement, encore un électeur de Macron en moins.»

    Tout d'abord, je n'ai pas observé que vous vous éleviez avec autant de hauteur lorsqu'un représentant du parti de l'autre extrémité se faisait épingler.

    Ensuite et surtout, je veux soutenir ici que ce Poussier que vous poussez du pied n'est que la caricature grimaçante de beaucoup de vos camarades rouges de toutes les colères que vous leur instillez.

    Ce sont dans vos manifestations que l'on hurle «tout le monde déteste la police!» Et je ne vous ai jamais vu prendre grande distance avec la violence des zadistes et des antifascistes fascistes .

    Dans son délire abject, votre ancien candidat bas-normand , aujourd'hui répudié par le sommet, justifie sa haine morbide des gendarmes par la mort de Rémi Fraisse. Mais votre parti n'a pas été en reste pour expliquer par le racisme policier le prétendu viol de Théo.

    Il est vrai qu'aujourd'hui, l'extrême-gauche médiatique se fait, dans cette affaire, beaucoup plus modeste, tant il est apparu que son hystérie relevait, comme souvent, de la supercherie.

    Votre camarade Éric Coquerel critique l'expulsion par les forces chargées du respect de l'ordre républicain des migrants qu'il soutient et qui occupent illégalement la basilique de Saint-Denis, symbole de la France éternelle, au mépris flagrant des articles 26 et 32 de la loi de 1905 sur la laïcité. Vous soutenez, vous le laïc paraît-il invétéré, Éric Coquerel.

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
  11. 11
  12. 12
  13. 13
  14. 14
  15. 15
  16. 16
  17. 17
  18. 18
  19. 19
  20. 20
  21. 21
  22. ...
  23. 573
Association pour la Fondation de Service politique Soutenez nos actions

Liberté politique
DANS LES MEDIAS

Voir les sites partenaires