31e méditation : La semence de la génération Jean-Paul II

Chaque semaine, Liberté politique relaie la méditation de la semaine de la Neuvaine pour la France. Cette semaine, l’abbé Guillaume Seguin, aumônier de Saint-Jean-de-Passy, médite sur les fruits de la jeunesse française qui s’est levée sous le pontificat de Jean-Paul II : « Les jeunes d’hier donnent les fruits d’aujourd’hui, dont la jeunesse de maintenant est le signe le plus visible, et porteuse d’espérance. »

abbé-seguin-206x300

RECONNAÏTRE que notre pays traverse une crise est d’une triste banalité. Essayer d’en diagnostiquer les origines serait salutaire pour mieux analyser les symptômes et surtout proposer les remèdes. Cette analyse reste peut être à faire, ou doit encore être affinée, mais sans perdre de temps, l’idée a germé comme sous l’effet d’une inspiration divine, ou d’une recommandation mariale, de porter notre pays dans la prière sous la forme de cette neuvaine de mois. Quelle belle intuition offerte à quelque-uns et qui nous réunit avec enthousiasme et espérance en priant pour la France !*

Une espérance qui pointe

Or le danger serait peut-être de trop nous lamenter sans déjà percevoir les fruits innombrables que la grâce suscite depuis quelques temps dans notre pays sans faire de bruit… Peut-on les identifier ou les attribuer à cette génération dite « Jean Paul II » ? Certainement un peu. Car il est remarquable de considérer que désormais, grâce à la persévérance et à la fidélité de ceux qui nous ont précédé, nous pouvons aujourd’hui affirmer que bien des choses naissent de cette génération marquée à jamais par l’immensité de ce saint pape qui a su semer dans la jeunesse de l’époque les éléments nécessaire à la fécondité du présent, et aux promesses de l’avenir.

La jeunesse de maintenant en est un fruit étonnant qui, dans l’insouciance ou l’ignorance de ce passé, bénéficie maintenant de cette semence qui nous donne une très grande espérance, même dans l’adversité. La crise est là c’est certain, mais les saints de demain qui se forment aujourd’hui, sont ici.

Du Parc des Princes à Gerland, en passant par La Meinau sans oublier bien entendu Ars, Lourdes ou Longchamp, nous pouvons voir les jeunes d’hier donner les fruits d’aujourd’hui, dont la jeunesse de maintenant est le signe le plus visible, et porteuse d’espérance. À l’évidence, la France va mal, mais une partie de sa jeunesse promet cette espérance qui pointe et donne la force de continuer sans jamais nous décourager.

Jeunesse cachée

Elle est belle cette jeunesse, même si elle est blessée dans ce monde ravagé et déboussolé. Elle est forte dans sa faiblesse, influente dans sa minorité, bruyante dans sa prière silencieuse, prometteuse dans son courage … elle est belle dans la construction de ces familles nombreuses et joyeuses.

Finalement reconnaissons-le, les choses vont très vite dans la dégringolade, mais assez vite également dans la reconstruction, sauf que ça fait moins de bruit et surtout c’est plus difficile à voir, car souvent plus enfoui, pour être mieux construit ! Alors comment ne pas espérer plus encore quand on sait les racines chrétiennes de notre pays, sa fécondité dans la sainteté, sa responsabilité dans sa place d’aîné dans la filiation des Nations ?

En ces jours particuliers où nous contemplerons le don de l’Esprit aux Apôtres, après que le Christ ait rejoint le Père sans nous abandonner, laissons la force de Dieu nous habiter, en continuant à nous engager, à prier, à témoigner, à évangéliser …

Une nation qui entraîne

Comment se fait-il que la France demeure une nation qui entraîne, rayonne et étonne ? Pourquoi avons-nous ce privilège d’être une terre si visitée par notre Mère ?

Que la Vierge Marie, sainte Jeanne et sainte Thérèse, nous protègent, nous gardent et nous soutiennent. Que les saints qui sont passés chez nous, nous accompagnent et nous éclairent. Le chemin du ciel est visible dans les méandres des impasses de notre société, et sans nous vanter, nous avons la chance mais aussi la responsabilité du Chemin, sur lequel on croise la Vérité et reçoit la Vie.

C’est étonnant de constater que malgré les siècles nous avons les mêmes repères essentiels dont nous nous sommes irrémédiablement éloignés récemment, éblouis ou même aveuglés par des chimères politiques, économiques ou idéologiques. C’est impressionnant de constater que les combats d’aujourd’hui ont une telle actualité évangélique : la Vie et la Vérité.

À l’évidence, l’espérance est en France et demain verra se lever de grands saints, grâce à ceux d’hier et d’aujourd’hui, si nous restons fidèles et disponibles à l’action de l’Esprit dans nos vies et notre pays !

 

L’abbé Guillaume Seguin est prêtre du diocèse de Paris, aumônier général de Saint-Jean-de-Passy et conseiller religieux de l’équipe nationale Route des Scouts d’Europe.

 

_________________________________

Logo_NeuvSCont

La présentation de la neuvaine
 Le site de la neuvaine
 S'INSCRIRE A LA NEUVAINE

 

 

***