Selon un sondage réalisé pour Euractiv.fr et le cabinet de conseil Apco Worldwide, les leaders d’opinion étrangers travaillant en France  (ambassades, presse internationale et cadres étrangers) « voient Hollande gagner – par défaut – mais font plus confiance à Sarkozy ».

Les personnes interrogées estiment en effet que Nicolas Sarkozy serait le mieux à même de répondre aux défis à venir comme la crise en Syrie (58% pour Sarkozy contre 30% pour Hollande), la crise de la zone euro (56% contre 28%), la compétitivité et l'attractivité de la France (52% contre 33%), la construction européenne (46% contre 35%) ou encore la régulation financière (46% contre 38%), pourtant cheval de bataille affiché du candidat socialiste. Sur le changement climatique, 39% des sondés estime que seule Eva Joly pourrait mieux faire face à ce défi que Nicolas Sarkozy et François Hollande. En revanche,  la presse étrangère croit François Hollande mieux à même de renforcer la construction européenne que Sarkozy (48% contre 39%). « Ce résultat va dans le sens des enquêtes effectuées dans le pays auprès des Français depuis l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy », commente Clémentine Forissier. Les étrangers en France estiment que le candidat socialiste devrait gagner cette élection par rejet du président sortant et non par conviction sur son programme. 

Quant à l’image que les Français de l’étranger porte sur l’élection présidentielle, 20Minutes.fr a recueilli un certain nombre de témoignages chez ses internautes. D’Australie, Gabriel explique qu’il ne se sentait déjà pas concerné lorsqu’il était encore en France, n’accordant aucune confiance aux classes politiques, quelles qu’elles soient. « Maintenant à Melbourne, non seulement je n’y porte plus aucune attention, mais je trouve les unes des médias pathétiques. » Agnès, du Canada, raconte que «depuis la fin de l'année 2011 les médias, français ou nord américains, nous rabâchent les oreilles à propos des élections présidentielles françaises. La France est réduite en un pays pathétique. Je  veux que son image change, que ce pays qui est le mien change et que je reste fière d'être française.» Pour Guillaume en Belgique, «il y a le sentiment que les médias ne sont pas intéressés par les questions de fond, et renvoient sans cesse le débat aux sondages ou aux actualités (Halal, tuerie de Toulouse).» Une expatriée à Montréal a surtout l'impression générale que les gens ne savent pas vraiment situer les partis politiques et seuls les deux principaux candidats sont connus des Québécois. Et aussi, « la société québécoise est très multiculturelle et il y a une acceptation générale des étrangers. En ce sens, il me semble que Hollande a une meilleure image ici alors que Sarkozy plait au reste du Canada.» En Angleterre, Nicolas Sarkozy n'est pas très apprécié, mais c'est le plus connu. Pour un expatrié, « la campagne de Nicolas Sarkozy s'axe sur la peur de l'étranger et de l'immigration. En tant qu'expatrié, on se trouve dans cette situation d'étranger, et nous ne voudrions pas être traités par le candidat-président, comme il traite les étrangers de France.» Quant à Steph au Proche-Orient, «Les élections ressemblent vraiment à une foire d'empoigne». Cependant, « pour les gens ici, au moins, en France, on peut choisir régulièrement la personne qui dirige le pays. C'est sûr, on a cette chance, alors il ne faudrait pas la gâcher avec autant de bassesse.» Enfin, Paul au Pérou « trouve désolant de voir que l'actualité sert de support de campagne et que les vrais sujets profonds qui préoccupent les Français ne sont que très peu abordés. »

En bref, les étrangers en France et les Français de l’étranger appellent les candidats et leurs relais médiatiques à traiter les vrais sujets de cette élection présidentielle : le rôle de la France dans le monde, le chômage, l’Union européenne et la crise de la zone euro.

A.C.

 

Source :

http://www.euractiv.fr/etrangers-hollande-gagner-confiance-sarkozy-article?utm_source=Newsletters&utm_campaign=239fe4fa6f-sondage&utm_medium=email#print

http://www.20minutes.fr/presidentielle/911183-presidentielle-vus-australie-les-debats-amis-restes-paris-pathetiques