Téléthon, chute des dons ; Turquie : la France remporte une bataille... significative ; Écologie : le pape recentre les priorités... voici le "Décryptage" express de la semaine qui vient de s'écouler, par la Fondation de Service politique.

 

FRANCE

Téléthon 2007 : une chute de 10 millions d'euros

Kadhafi à Paris : le business et le droit

EGLISE

Benoît XVI : si tu veux la paix, protège la famille

INTERNATIONAL

Turquie : bataille de mots

Le pape recentre les priorités écologiques

USA : Mike Huckabee s'impose

Semaine précédente

FRANCE

Téléthon 2007 : une chute de 10 millions d'euros

■ La baisse des dons au Téléthon a été largement commentée. La polémique suscitée par le financement des recherches sur l'embryon n'y est pas pour rien. 96.2226.136 euros : le montant des promesses de dons pour le Téléthon 2007 est en baisse. L'AFM incrimine le mauvais temps, qui n'aurait pas permis d'organiser tous les évènements locaux prévus pour attirer le public.

En 2006, l'AFM avait annoncé une progression des dons, et s'était réjouie de l'échec de ses opposants dont la contestation de l'orientation éthique des fonds recueillis avait rencontré pour la première fois un large écho médiatique, grâce à la mobilisation de plusieurs évêques. Mais le délai anormalement long avec lequel les résultats définitifs avaient été publiés avait laissé penser à de nombreux observateurs que les dons enregistrés cette année-là n'étaient pas tous des dons individuels.

Si le Téléthon n'a pas franchi cette année la barre des 100.000 euros, il se peut donc aussi qu'une prise de conscience a eu lieu dans l'esprit des Français. Car les critiques contre l'AFM dépasse aujourd'hui largement les milieux catholiques. Ainsi un article de La Croix cite parmi d'autres les réactions de la philosophe Danielle Moyse : Le débat autour du Téléthon — la question du désengagement de l'État dans la recherche, encouragé de fait par le Téléthon, l'exhibition de "beaux bébés" du Téléthon alors qu'il s'agit de rescapés du tri anténatal — ne touche pas seulement le monde religieux, mais, depuis déjà un moment, les milieux associatifs et les personnes handicapées . Et Danielle Moyse regrette que, l'année dernière, sous prétexte que les critiques venaient de l'Église, ce n'était pas à entendre . Autre commentaire celui de Jacques Testart, père du premier bébé-éprouvette français. Il dénonce l'impasse stratégique et la mystique généreuse du Téléthon qui abuse les malades et leurs familles , alors que la thérapie génique semble incapable de guérir la plupart des maladies génétiques . Un débat, qui n'aura donc bientôt plus lieu d'être, la recherche sur les cellules adultes pluripotentes donnant, elle des résultats prometteurs.

La publication des résultats définitifs nous dira si la prise de conscience des Français progresse, a fortiori si le délai de publication de ces résultats tarde vraiment. L'an dernier, les promesses de dons avaient abouti à une collecte finale de 106,7 millions d'euros. P.S.G.

Kadhafi à Paris : le business et le droit

■ Les propos de Rama Yade, secrétaire d'État aux Droits de l'homme ont été libérateurs : Que Kadhafi vienne à Paris, d'accord, mais qu'on lui tienne un discours rigoureux sur la question des droits de l'homme. [...] C'est absolument indispensable, parce que la France n'est pas seulement une balance commerciale. Quel soulagement de l'entendre dire tout haut ce que tant de nos compatriotes pensent au fond d'eux-mêmes, à commencer par les femmes.

L'Alliance pour un Nouveau Féminisme européen s'est interrogée : La realpolitik prend-elle le pas sur tout autre considération d'ordre culturel, à commencer par l'égale dignité de l'homme et de la femme dans la vie familiale, sociale et politique ? Comment oublier le calvaire des infirmières bulgares pendant huit ans ? Comment oublier ce que vivent les croyants d'une autre religion que la religion officielle ? Comment oublier enfin que les femmes libyennes n'ont pas les mêmes droits que les hommes ? L'excellence de notre industrie dans le domaine nucléaire ou de défense nous autorise-t-elle à fermer les yeux sur la vie de tant d'êtres humains humiliés, discriminés ou tout simplement ignorés... La France ne peut séparer le commerce du respect élémentaire des droits de l'homme, où alors elle n'est plus la France dit encore l'Alliance. Business is business, certes, mais pas à n'importe quel prix, surtout pas au prix de l'homme !

La clé du succès de ce voyage ne peut être exclusivement ou principalement commerciale : elle passe par un signal clair sur le respect de la dignité de tout être humain quelque soit sa nationalité, son sexe ou sa religion. Ce signal, c'est Rama Yade qui l'a donné. E.M.

ÉGLISE

Benoît XVI : si tu veux la paix, protège la famille

■ Comme chaque année pour la Journée mondiale de la paix, le 1er janvier, le Saint-Père adresse un message solennel. Cette année son thème porte sur la famille. Comme il est d'usage, le message du pape a été présenté quelques semaines avant le début de l'année nouvelle, exactement le 11 décembre, par le président du Conseil pontifical justice et paix, le cardinal Renato Raffaele Martino et par le secrétaire de ce même dicastère, Mgr Giampaolo Crepaldi.

La famille y est présentée comme la principale agence de paix . Pour le pape, la famille est la première et irremplaçable éducatrice à la paix , le prototype de tout ordre social : La première forme de communion entre des personnes est, explique le pape, celle que l'amour suscite entre un homme et une femme décidés à s'unir de façon stable pour construire ensemble une nouvelle famille. Mais les peuples de la terre sont aussi appelés à instaurer entre eux des relations de solidarité et de collaboration, comme il revient aux membres de l'unique famille humaine . Citant Jean-Paul II, Benoît XVI rappelle que la famille naturelle constitue le lieu premier d'humanisation de la personne et de la société... le berceau de la vie et de l'amour... la première société naturelle (Christifideles laici, n. 40). T.B.

Pour en savoir plus :■ Famille et communauté humaine, le texte intégral du Message pour la paix 2007, sur notre site partenaire Generation-BenoitXVI.com

■ Voir aussi ci-dessous notre analyse du Message concernant l'environnement.

INTERNATIONAL

Turquie : bataille de mots

■ Lors d'une réunion de préparation du Conseil européen du 13 et 14 décembre, la France a obtenu que les négociations avec Ankara ne soient plus qualifiées de négociations d'adhésion , mais de négociations intergouvernementales . Paris a gagné cette bataille difficile en menaçant de repousser l'ouverture de nouveaux chapitres de négociation sur les transports et la protection des consommateurs. Ce glissement sémantique permet de dire implicitement que les négociations avec la Turquie ne conduisent pas à l'adhésion.

Une prise de position logique avec les prises de position de Nicolas Sarkozy durant sa campagne. Celui-ci avait maintes fois répétés : La Turquie n'a pas vocation à entrer dans l'Europe, et que seul un partenariat privilégié était envisageable.

Fin août, en revanche, devant les ambassadeurs français en poste à l'étranger il avait nuancé sa position, mais en souhaitant qu'aucune alternative ne soit exclue : La France ne s'opposera pas à ce que de nouveaux chapitres de négociation entre l'Union européenne et la Turquie soient ouverts dans les mois et les années à venir à condition que ces chapitres soient compatibles avec les deux visions possibles de l'avenir de leurs relations : soit l'adhésion, soit l'association aussi étroite que possible, sans aller jusqu'à l'adhésion. La nouvelle prise de position de la diplomatie française démontre que le chef de l'État demeure clairement hostile à l'adhésion . Les Turcs ne s'y sont pas trompés. Ankara a fait savoir son mécontentement . L'ambassadeur de Turquie auprès de l'Union européenne, Vulkan Bozkir, a également affirmé que son pays était fatigué d'attendre .

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que la France ne pourrait pas bloquer la candidature de la Turquie à l'Union européenne, même si Paris a réussi à faire supprimer le mot accession d'un communiqué européen sur les négociations Turquie-UE. Si la France croit qu'elle peut y parvenir avec le soutien de quelques pays, elle se méprend , a déclaré M. Erdogan, cité par l'agence anatolienne de presse. Parce que la Turquie reste et continuera de rester décidée à avancer sur la voie de l'UE , a ajouté le Premier ministre. Selon lui, l'UE ne peut pas changer les règles du match à la mi-temps.

Au fait, un match dont on connaît le résultat à l'avance, cela s'appelle comment ? Un match truqué. Bataille de mots... T.B.

Le pape recentre les priorités écologiques

■ Alors que les négociations de la conférence mondiale sur le changement climatique peinent à aboutir à Bali, Benoît XVI est revenu longuement dans son Message pour la paix 2007, sur les problèmes soulevés par la prise de conscience des menaces écologiques. L'être humain a évidemment une primauté de valeur sur toute la création. Respecter l'environnement ne veut pas dire que l'on considère la nature matérielle ou animale comme plus importante que l'homme. [...] De nos jours, l'humanité s'inquiète pour l'avenir de l'équilibre écologique. À cet égard, il convient que les évaluations se fassent avec prudence, dans un dialogue entre experts et sages, sans précipitations idéologiques. Par ces mots, le pape Benoît XVI a clairement condamné les courants environnementalistes dominants, responsables de l'hystérie malthusienne qui exploite le débat sur le réchauffement climatique.

Le passage cité est issu du message pour la Journée mondiale de la paix (cf. supra) : Famille humaine, communauté de paix . C'est un document important, qui subordonne la question écologique à la question plus vaste de la défense et de la valorisation de la famille, fondée sur le mariage entre un homme et une femme.

Indépendamment des controverses sur les causes du réchauffement climatique, il convient de relever quelques points clés du message consacré à l'environnement : 1/ La terre est la demeure que Dieu a donné à l'homme, d'où la nécessité fondamentale de prendre soin de la création : L'environnement a été confié à l'homme pour qu'il le garde et le protège dans une liberté responsable, en ayant toujours en vue, comme critère d'appréciation, le bien de tous. Dans l'ordre voulu par Dieu, nous savons que l'être humain a une primauté de valeur sur toute création . Le Pape relance donc le concept d' écologie humaine . L'homme est au centre de la création et il n'est pas un locataire gênant. Le déséquilibre écologique est le fruit de l'oubli de l'ordre voulu par Dieu et de Dieu lui-même, qui entraîne l'exploitation sauvage de l'environnement ou l'idolâtrie de la nature, deux dérives qui font injure à la Création.

2. Il n'y a pas de questions écologiques — réelles ou supposées — qui doivent porter atteinte à l'homme, au contraire on doit aller vers un modèle de développement durable, qui garantisse le bien-être de tous dans le respect des équilibres écologiques . La référence est évidente aux organisations — agences de ONU ou ONG locales — qui militent et agissent dans le sens d'une réduction des populations pour sauver la Terre, à commencer par les populations des pays pauvres. Le pape demande au contraire qu'on fasse tout pour aider au développement de ces peuples, les pauvres, exclus dans de nombreux cas de la destination universelle des biens de la Création .

3. La nécessité que tous les gouvernements, tous les peuples, collaborent de manière responsable, sans décisions unilatérales , peut-être mise en œuvre à travers la création d' espaces institutionnels à l'échelon international . Même si par décisions unilatérales , on pense immédiatement en Europe aux États-Unis, l'acteur principal en matière d'environnement qui pratique la décision unilatérale est l'Union européenne elle-même qui cherche à imposer son idéologie verte. L'UE, par exemple, est maintenant l'unique entité d'importance à soutenir le Protocole de Kyoto et la nécessité d'un Kyoto 2 qui implique les pays en voie de développement, cherchant à imposer sont point de vue sous la forme de chantages pour ouvrir les yeux des régimes jugés dangereux ; c'est encore l'UE qui boycotte de fait les produits agricoles des pays africains qui — même soutenus par l'OMS — entendent user du DDT pour combattre la malaria : de cette manière on condamne l'Afrique à mourir, de malaria ou de pauvreté.

4. La question énergétique. C'est un sujet qui revient souvent dans les questions abordées par Benoît XVI au cours de ces premiers voyages, et toujours en pensant aux pays plus pauvres. Et toujours, c'est un appel aux pays technologiquement avancés (parce qu'ils pèsent sur la consommation et sur la diversification des sources énergétiques) et aux pays émergents (parce qu'ils satisfont leurs besoins énergétiques aux détriments des pays les plus pauvres) : l'objectif est que tous accèdent à des sources sûres et peu coûteuses d'énergie pour permettre l'émancipation de la pauvreté. Dans le monde en effet, 2 milliards de personnes environ, vivent sans électricité, et la carte de la pauvreté énergétique coïncide parfaitement avec la carte du sous-développement, de la malnutrition, de l'analphabétisme. La question énergétique est donc le point clé du futur de l'humanité. En n'oubliant jamais qu'un seul homme ne doit être sacrifié au nom de l'environnement. R.C.Pour en savoir plus :■ Famille et communauté humaine, le texte intégral du Message pour la paix 2007, sur notre site partenaire Generation-BenoitXVI.com.

USA : Mike Huckabee s'impose

■ Le 3 janvier se tiendra dans l'Iowa le premier caucus qui ouvre les primaires américaines. Comme nous l'avons déjà signalé, le pasteur baptiste Michael Dale (Mike) Huckabee, un républicain conservateur quasi anonyme il y a deux mois, est en voie de rattraper son retard et même de devancer ses concurrents. Le sénateur de l'Arkansas battrait son principal concurrent Mitt Romney, un richissime mormon qui fut gouverneur du Massachusetts. Selon Newsweek, il disposerait de 39 % d'intentions de vote, contre 17 % à M. Romney, Rudy Giuliani, ex-maire de New York, s'effondrant à 9 %.

Pour Mike Huckabee devenir président n'a aucun rapport avec la foi . Il s'agit de savoir si la personne est cohérente avec sa propre foi... Si Mike Huckabee était élu, la démonstration serait faite que l'on ne peut pas être élu président des États-Unis sans le soutien des évangéliques et des catholiques pro-vie. Ce serait une victoire politique et surtout culturelle contre la presse et les milieux libéraux de la côte Est. T.B.

Pour en savoir plus : ■ Sur le blog de Libertépolitique.com, notre présentation de la note des évêques américains sur les critères de vote, qui vient de paraître libertepolitique.hautetfort.com

Thierry Boutet,

Philippe de Saint-Germain,

avec Élizabeth Montfort et Riccardo Cascioli

■ D'accord, pas d'accord ? Envoyez votre avis à l'auteur