L’Académie française déplore que la langue soit absente de la campagne pour l’élection présidentielle

[Source : Les 4 vérités]

 

L’Académie française, vient de déclarer, dans son communiqué du 6 avril 2017, qu’ elle  » déplore
que la langue soit absente de la campagne pour l’élection présidentielle et s’étonne
du silence observé par les différents candidats sur cette question, alors même que l’attachement
à la langue est regardée par les Français comme l’expression première du sentiment d’appartenance à la nation. »

Et pourtant, ce silence persiste depuis l’appel solennel du 5 décembre 2013, de l’Académie française
au Président de la République, François Hollande, pour  » faire de l’année qui vient l’année de la reconquête de la langue française
et d’abord au sein de l’école qui la porte et la transmet. »

C’est pourquoi, l’Union Nationale des Écrivains de France adresse la présente lettre ouverte
aux différents candidats à l’élection présidentielles, pour qu’ils déclarent 2017 an 1 de la Reconquête de la langue française
et cause nationale de leur mandat.

Puisqu’à l’évidence, le redressement de la France et le redressement de la langue française sont une seule et même chose,
la victoire du meilleur candidat aux Présidentielles 2017 doit tenir à un seul facteur clivant :
le choix de la Reconquête de la langue français contre le choix du  » tout-Anglais « , que le présent gouvernement
a osé afficher jusqu’au sommet de la tour Eiffel  sous couvert de JO-Paris 2024 !

Cette victoire du meilleur candidat pour la reconquête de la langue française, et donc pour la France,
elle ne tient qu’à son « choix de la langue française » ,comme le démontre en huit points la lettre ouverte de UNIEF suivante,
et alors la France s’éveillera !

La « Reconquête », c’est maintenant ou jamais !

Arnaud-Aaron Upinsky
Président de l’Union nationale des Ecrivains de France