Figaro

Hamadi Jebali, secrétaire général d’Ennahda, en passe de devenir le prochain chef du gouvernement tunisien, est un résistant de toujours à Ben Ali (il a passé de nombreuses années en prison), mais aussi un homme qui a vécu en France, où il a fait des études d’ingénieur et travaillé, pendant 9 ans.

S’il est sans doute un homme de caractère, ce que son passé semble montrer, il apparaît aussi comme un réformateur, assez éloigné de l’esprit révolutionnaire et des salafistes, à qui il devrait pouvoir résister.

Comme il le dit : « La Tunisie trouvera sa propre voie et continuera à donner l’exemple ». Malgré certaines maladresses, erreurs de jeunesse ou de communication, comme la comparaison de la transition tunisienne au « 6ème Califat », il semble qu’il cherchera à démontrer que l’islam est compatible avec la démocratie, une voie d’ « islamisme éclairé » en quelque sorte.

Y arrivera-t-il ? Il faut le souhaiter, en tout cas.

François Martin

 

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/22/01003-20111122ARTFIG00763-tunisie-hamadi-jebali-figured-un-islamisme-eclaire.php