Politique et foi : quelles ambitions pour les catholiques ? (1)

Des grands débats sur la laïcité il y a quelques années, aux propos parfois désolants de nos politiciens dits catholiques pratiquants sur notre pape, nous constatons (mais parfois avec joie !) que la religion catholique a toujours une place primordiale voulue ou non dans la gouvernance de notre pays. Le message de l'Église est critiqué mais avant de l'être il est écouté...

Cela pourrait introduire d'autres débats sur la laïcité, le pape et les médias... Cependant, nous relevons une question que chaque jeune engagé dans un mouvement quelconque pourrait se poser par amour de son pays : Une carrière politique, pourquoi pas ? ou tout du moins une mission, un rôle dans ce domaine.
Elles sont finies les années du service militaire, le dévouement est une option, un choix à faire... La génération Benoît XVI l'a compris, la France ne se relèvera que par l'engagement à 100%, un engagement qui nous laisse assumer et vivre notre foi.
Ainsi, par passion, par la folie de leur jeunesse, mais aussi par devoir et par nécessité, certains étudiants de notre génération ont décidé de répondre à cette question de manière concrète. Oui, pour eux, des catholiques doivent se lancer en politique. Si ça n'est eux, qui défendrait nos valeurs ?
Neutres ou s'affiliant à un parti, ces jeunes cherchent le meilleur moyen d'apporter leur point de vue nouveau et plein d'espoir. Car si l'on fait de la politique, c'est que l'espérance règne. C'est beau ! C'est surtout indispensable de penser que la France se relèvera. La culture de mort, les dérives économiques conséquentes, la famille éclatée, la culture galvaudée... : les hommes politiques malgré leur vocation respectable et parfois même leur bonne foi, sont également responsables de cette décadence évidente de la France.
Ainsi, nous avons pensé qu'il pouvait être intéressant de vous énumérer en quelques points les sujets devant être abordés par un catholique en politique et par conséquent les aspects non négociable qu'il devra défendre tout au long de sa carrière.

L'engagement des catholiques ne peut céder à aucun compromis affirment bien clairement les cardinaux Ratzinger et Bertone dans une Note doctrinale sur l'engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique (novembre 2002).

Être cohérent
Le catholique engagé en politique doit de ce fait ne pas faire de distinction entre sa foi et sa vie quotidienne. Sa vie professionnelle en l'occurrence.
De là découlent tous les enseignements et points que l'Église nous montre en exemple. Également les aspects condamnés par cette dernière et notamment le respect de la vie humaine de son commencement à son achèvement, la notion de famille et les responsabilités qu'a celle-ci dans la société, etc.
Un engagement dans un parti politique, une association, n'est pas en contradiction avec la foi, pourvu que leurs programmes ne soient pas en opposition avec l'Église, ou ne permettent pas aux catholiques cohérents de défendre leurs points de vue. Si ça n'est pas le cas ou qu'il y a une certaine ambiguïté, le catholique engagé n'a pas lieu d'être dans ces organisations.
Le catholique engagé en politique doit également combattre certaines tendances culturelles malsaines et les lobbys destructeurs. L'individualisme prôné à haute dose, la pornographie, les dépendances malsaines diverses ; autant de points à abolir par les catholiques. Ces derniers ont également ici une responsabilité à tenir.
Les citoyens catholiques ont le droit et le devoir [...] de promouvoir et de défendre par tous les moyens licites, les vérités morales sur la vie sociale, la justice, la liberté, le respect de la vie...
L'Église ne formule aucunement des solutions concrètes ou uniques pour ces questions temporelles. Le Christ nous donne une grande liberté mais celle-ci ne doit jamais aller à l'encontre de l'enseignement du Magistère.
Ces quelques points pourraient être détaillés de manière plus précise et recherchée. Ils restent une invitation à tous les jeunes attirés par l'engagement politique, quel qu'il soit, à lire ce texte de la Congrégation pour la doctrine de la foi des cardinaux Ratzinger et Bertone, approuvé pour sa publication par Jean-Paul II lors de l'audience du 21 novembre 2002.

Pour en savoir plus :

La Note doctrinale concernant certaines questions sur l'engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique
Congrégation pour la doctrine de la foi, 24 novembre 2002
***