Lord Acton, je présume ? Who is Lord Acton ? (1)

Après avoir pris trois avions, passé une nuit à Chicago, traversé le MidWest dans un bus pendant cinq heures, j'arrive enfin à Grand Rapids. Venu au nom de Liberté politique-Jeunes, je rejoins une assemblée de 750 participants venus de 40 pays pour participer à une conférence sur l'actualité du message social de l'Evangile, dans l'esprit de Lord Acton. But who is Lord Acton ?

 

Historien et homme politique britannique d'origine italo-allemande, qui joua un grand rôle au XIXe siècle dans les discussions concernant le rôle de l'Église catholique dans le mouvement de libéralisation, Lord Acton est un Lacordaire d'outre-Manche. Grand voyageur, brillant esprit, il est refusé à Cambridge en raison de sa religion catholique et va étudier à l'Université de Munich. De retour en Angleterre, il s'engage en politique, d'abord proche des Whigs, il rejoint en 1859 le parti libéral au Parlement. Il devient ensuite éditeur du Rambler, un magazine mensuel catholique. William E. Gladstone, son ami intime, le fait accéder à la pairie en 1869 et en 1892, Acton est fait lord-in-waiting, poste dans lequel sa connaissance de l'allemand et de l'Allemagne le rend particulièreent utile à la reine Victoria.

Le libéralisme ardent d'Acton lui fait souvent offenser les autorités catholiques romaines. Sa dénonciation du pouvoir et de toutes les formes d'absolutisme le conduisent à s'opposer au Syllabus proposé par Pie IX et à la promulgation du dogme de l'infaillibilité pontificale. Il les accepte toutefois après leur publication plutôt que de risquer l'excommunication.

L'ardeur de sa vie chrétienne, sa défense de la dignité de chaque personne humaine contre l'arbitraire étatique et son obéissance à Rome font de lui un modèle pour l'Institut Acton. Fondé en 1990 par le père Robert Sirico, l'Institut Acton est devenu un des 50 think tanks les plus influents des Etats Unis tout en restant fidèle à sa mission de défendre la doctrine sociale de l'Eglise, dans un esprit proche de l'Association pour la Fondation de Service politique.

En plus d'un site riche et dynamique, de publications et de traductions des textes fondateurs de la pensée sociale chrétienne de saint Augustin au cardinal Ratzinger en passent par Juan de Mariana, en plus de réunir des rencontres autour de l'actualité de la doctrine sociale aux Etats-Unis ou à Rome où une antenne a été ouverte en 2006, en plus de lancer une campagne mondiale PovertyCure (www.povertycure.org) contre les dérives de l'aide gouvernementale aux pays en développement et en faveur de la formation d'entrepreneurs locaux, l'Institut organise aussi cette université d'été annuelle qui aborde des thèmes aussi variées que "Pauvreté chrétienne & Prosperité", "Bastiat, fervent chrétien et apôtre du marché" ou  encore "Le divorce:  conséquences spirituelles, économiques et culturelles".

Il est étonnant de voir cette foule, d'hommes et de femmes, entrepreneurs, professeurs, jeunes et moins jeunes, venir de tous les coins du monde pour réfléchir aux défis contemporains de la doctrine sociale de l'Eglise. Comme Tocqueville, on peut se laisser impressionné par la vivacité de la démocratie en Amérique et l'engagement des chrétiens dans la vie politique. Venu au nom de Liberté Politique Jeunes, j'espère pouvoir en tirer une leçon à mon retour en France : comme nous l'a dit le Père Sirico lors de son discours d'ouverture, "c'est en semant en abondance que l'on récolte en abondance".

Quand l'Institut Acton est né en 1990, qui aurait imaginé qu'il puisse porter autant de fruits? Face à la perte de répères dans notre société, face à la multiplication des menaces contre la dignité de la personne humaine, la doctrine sociale de l'Eglise a un message social fort pour lequel il existe aujourd'hui une forte demande de la part de nos concitoyens. Espérons donc qu'une nouvelle génération en France, notamment au sein de l'Association pour la Fondation de Service Politique, trouve le courage de défendre avec autant d'ardeur et de dévouement et de générosité le message social de l'Evangile.

 

 

 

***