Benoît XVI et  l'affaire Légion  : la main ferme du bon pasteur (1)

En mai 2006, le nouveau pape Benoit XVI avait rappelé à l'ordre le fondateur de la Légion du Christ, le père Marcial Maciel, en le sommant de mettre fin à tout ministère public et de mener une vie de prière et de pénitence . Samedi 1er mai 2010, les visiteurs apostoliques nommés par le Saint-Père ont rendu leurs conclusions : rigueur et ténacité germaniques, prudence et charité ecclésiales.

Ensemble, c'est tout
Chez les catholiques, la brebis égarée fait l'objet de toutes les attentions ; le mouton noir fait partie du troupeau au même titre que les autres. Pas de dissolution, pas d'abandon, pas de renvoi en masse, donc, mais plutôt une ferme volonté [d']accompagner [les légionnaires] et de les aider sur le chemin de purification qui les attend .
Le Saint-Siège prend le soin dans ce communiqué de rappeler les qualités évidentes de la plupart des 850 prêtres et des 3000 religieux que compte la Congrégation. À la pointe de la nouvelle évangélisation du pontificat de Jean-Paul II et icône du soutien inconditionnel au pape, la Légion du Christ est constituée avant tout d'un nombre important de religieux exemplaires, honnêtes, pleins de talent et pour beaucoup, jeunes, cherchant le Christ avec un zèle authentique et offrant toute leur existence pour la diffusion du Royaume de Dieu . Il ne s'agit donc pas de céder à la tentation de la théorie du complot à la Da Vinci Code ou de renier ce qui avait été loué. L'enthousiasme, le zèle apostolique et la jeunesse des Légionnaires sont une richesse dont se loue le Saint-Siège.
La mise en lumière de défauts graves

Le communiqué signale sans appel à l'ensemble de la Congrégation, à ses membres laïcs et à ses sympathisants, la nature incontestablement immorale de la conduite et de la vie du fondateur. Aux quelques sceptiques encore attachés à Nuestro Padre comme il était coutume de l'appeler, le Saint-Siège affirme que la vie de ce dernier était sans scrupules et privée d'authentique sentiment religieux . Au-delà des révélations sur la vie du fondateur (et le tableau est complet : pédophilie, relations sexuelles hétéro et homo sexuelles, usages de narcotiques, détournement et blanchissement d'argent, tentatives de corruption — y compris de membres du clergé séculier — et cætera ), c'est la nature, le charisme et les fondements de la Congrégation qui sont en jeu.
En effet, la principale difficulté est, et ce n'est pas nouveau, de séparer le bon grain de l'ivraie. Il faut alors passer au peigne fin d'une sagesse toute ecclésiale les statuts, les normes, les vocations, la hiérarchie, l'exercice de l'autorité et le respect de la liberté de chacun afin de déconstruire peu à peu le système pervers du fondateur, son mécanisme de défense tout en préservant l'œuvre d'Eglise. C'est vers ce long et difficile cheminement de révision profonde que Benoit XVI conduit la Légion du Christ.
La marche à suivre

Si les évêques chargés de la visite apostolique et nommés par Benoit XIV (Mgr Ricardo Blázquez Pérez, Mgr Charles Joseph Chaput, Mgr Ricardo Ezzati Andrello, Mgr Giuseppe Versaldi et Mgr Ricardo Watty Urquidi) ont fait paraître la synthèse de leurs rapports, ce qui est désormais l'affaire n'est pas pour autant bientôt bouclée. Le communiqué annonce en effet deux éléments majeurs qui devront soutenir et diriger les membres de la Congrégation dans leur travail de réforme : la nomination d'un délégué pontifical et d'une commission d'étude sur la constitution et la mise en place d'une visite apostolique pour les membres consacrés du Mouvement Regnum Christi , rattaché à la Légion.
Troubles à la Curie
Le communiqué explique par quels phénomènes psycho-institutionnels les légionnaires qui auraient été au courant de la vraie vie du fondateur n'ont pas été conduit à en informer de manière efficace les autorités compétentes.
On comprend à la lecture du rapport des visiteurs apostoliques pourquoi les proches et membres du la Congrégation ou du Mouvement ne pouvaient croire qu'à des calomnies. Ce qui n'est pas dit, ce que l'on ne comprend pas, c'est par quel phénomène des accusations graves rapportées régulièrement au Vatican pendant plusieurs décennies ont laissé cet homme en activité pendant tant d'années. Et c'est là que cette affaire dépasse le seul cadre de la Congrégation et fait figure d'information fort croustillante pour la presse qui se réjouit de proclamer que le Vatican a couvert un énième pédophile, la où les fidèles espèrent ne voir qu'une lente prudence ecclésiale.

 

En savoir plus :

Le communiqué officiel (source : Zenit)

 

 

***