Editorial

Editorial

  • « Aliment pour les faibles, l’Église n’est pas un poste de douane »

    Article rédigé par Denis Lensel, le 28 novembre 2013

    Dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium sur « la joie de l’Évangile », le Pape François veut une Église qui s’expose aux risques de la « sortie », qui ait « le courage de rejoindre toutes les périphéries » pour y apporter la lumière de la foi porteuse de l’amour de Dieu pour les hommes. Il « préfère une Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Église malade de la fermeture et du confort » d’une « fausse protection ». Une Église de Bons Samaritains plutôt que de bigots hypocrites et égoïstes qui ignorent les blessés de la vie en préférant des habitudes de piété extérieure. 

  • La charge du pape François contre les compromissions du progressisme adolescent

    Article rédigé par Nicolas Bonnal, le 22 novembre 2013

    La caractéristique de notre époque est son satanisme soft. On perd son âme sans s’en rendre compte, comme l’écrevisse qui bout dans la cocotte-minute perd sa vie. L’infiltration de ce pourrissement culturel rend la résistance difficile, tant les manèges du monde subtil altèrent tout. Mais nous ne sommes pas seuls.

  • L’ombre d’Henri Queuille et l’hypothétique Bonaparte

    Article rédigé par Denis Lensel, le 14 novembre 2013

    Un régime vacillant entre le fantôme encombrant d’Henri Queuille et l’attente d’un hypothétique Bonaparte, peut-être façon Napoléon III… C’est le triste spectacle d’automne que donne désormais le pouvoir effiloché de François Hollande. Monsieur 15 % (d’opinions favorables [1]) est le digne héritier de M. Queuille, le radical-socialiste corrézien dont le maître-mot anesthésiant était : « Il n’y a pas de problème qu’une absence de solution ne finisse par résoudre. » Une devise d’autruche qui ne peut qu’être fatale dans une période de crise politique, morale, spirituelle, économique et sociale, généralisée à l’échelle nationale et internationale…

  • Appel au respect du droit par le Conseil constitutionnel

    Article rédigé par Liberté Politique, le 08 novembre 2013

    Le 18 octobre, le Conseil constitutionnel a refusé aux maires l’usage de leur conscience dans l'exercice de leur mandat. Cette décision ouvre une brèche très grave dans le respect des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République. A l'initiative de l'association pour la Fondation de Service politique-Liberté Politique et du collectif France Audace, les Français sont invités à signer massivement l'Appel au respect du droit par le Conseil constitutionnel.

  • La Toussaint, avec des prêtres… dans des églises

    Article rédigé par Denis Lensel, le 02 novembre 2013

    LA FETE DE LA TOUSSAINT, fête de tous les saints, reste un rendez-vous important pour les familles en France : aujourd’hui, la raison principale en est probablement que le lendemain, on honore les morts en se rendant sur les tombes, démarche restée très fréquente, même chez les incroyants. En revanche, la célébration du culte des saints a sans doute elle aussi souffert du déclin de la pratique religieuse, mais elle garde une assise dans cette religiosité populaire que les grands clercs et les scribes d’aujourd’hui auraient tort de mépriser, même quand elle contient à la fois du bon grain et de l’ivraie.

  • La conscience interdite des élus de la nation

    Article rédigé par Denis Lensel, le 18 octobre 2013

    LES "SAGES" du Conseil constitutionnel viennent de décider d’obliger les maires de France à célébrer les “mariages” homosexuels. Ils dénient ainsi à ces élus du peuple français toute liberté de conscience, après le vote aux forceps de la loi Taubira au printemps dernier par un Parlement mis sous pression. Ces « Sages », qui valident ainsi la sinistre circulaire Valls du 13 juin, sont d’un conformisme idéologique grisâtre de bien mauvais augure.

  • Rendez-vous le 12 octobre au colloque "Catholiques en action"

    Article rédigé par L'équipe libertepolitique.com -, le 20 septembre 2013

    LE REVEIL DES CONSCIENCES qui a surpris la France tout au long de l’année 2013 n’est pas le fruit du hasard, même s’il est trop tôt pour en décrypter les causes profondes. Ce sursaut, inattendu, conserve sa part de mystère. Mais après le temps de l’indignation, vient le temps de la reconstruction.

    En pointe pour résister aux dérives irrationnelles d’un Etat s’attribuant le pouvoir de disposer de la personne ou du mariage, les chrétiens le sont d’autant plus pour guider la société civile dans le service concret du bien commun. C’est leur devoir aujourd’hui de s’affirmer pour rappeler par leur présence à l’Etat qu’il n’a pas tous les droits, de servir et de promouvoir le bien partout où il se fait, de retisser les liens sociaux en libérant les consciences.

  • Laïcité pour tous

    Article rédigé par Denis Lensel, le 13 septembre 2013

    LE MINISTRE de l’Education nationale Vincent Peillon a présenté lundi 9 septembre une "Charte de la laïcité à l’école" : les quinze points de ce texte couvrent la totalité de la vie de ces futurs citoyens que sont les élèves du système scolaire, mais abordent aussi la vie des citoyens eux-mêmes.

    Bien lissé, soigneusement aseptisé, ce texte officiel républicain doit être présenté à tous les parents d’élèves en cette rentrée des classes, et être joint au règlement intérieur de chaque établissement. D’une apparence presque insignifiante, presque irénique, cette charte ne peut a priori que rassurer les esprits qui s’étaient émus de voir Vincent Peillon se faire naguère encore le ministre d’un culte d’une « religion laïque » avec l’école comme « nouvelle Église »…

  • Appel à la paix en Syrie

    Article rédigé par AFSP-Liberté politique, le 02 septembre 2013

    LA GUERRE EST UN FLEAU dont on ne peut maîtriser les conséquences et la durée. Une opération militaire de grande envergure aujourd’hui en Syrie n’est pas une solution acceptable. Des dizaines de milliers de civils seraient aussitôt pris pour cible, déplacés, massacrés au prétexte d’exporter la démocratie.
    Depuis plusieurs mois, un conflit dramatique ne cesse de faire couler le sang en Syrie. Cette situation ne peut, et ne doit, nous laisser indifférent. Toutefois, l’éventualité d’une intervention armée de la France, simplement alignée sur les positions américaines, comporteraient plusieurs obstacles importants.

  • La police de l’opinion

    Article rédigé par Au sommaire de "Liberté politique" n° 60, juillet 2013, le 25 juillet 2013

    La France, patrie de la liberté, est-elle devenue le pays de la pensée conforme, surveillée par la police, encadrée par la justice, calibrée par l’État ? La question peut prêter à sourire. Exagération... Pourtant, quand le vote d’une loi donne lieu à un millier de gardes à vue d’opposants pacifiques, dont le seul crime est d’avoir manifesté publiquement leur opinion, c’est qu’un désordre politique profond s’est installé dans le pays.

    Ce désordre peut être le fruit des circonstances. De la fébrilité d’un gouvernement faible et maladroit. Il peut être aussi l’héritier d’une longue dérive qui, imperceptiblement, révèle un vice intérieur aux racines lointaines.

  1. 13
  2. 14
  3. 15
  4. 16
  5. 17
  6. 18
  7. 19
  8. 20
  9. 21
  10. 22
  11. 23
  12. 24
  13. 25
  14. 26
  15. 27
  16. 28
  17. 29
  18. 30
  19. 31
Association pour la Fondation de Service politique Soutenez nos actions

Liberté politique
DANS LES MEDIAS

Voir les sites partenaires