Retour au catholicisme social, pourquoi pas ? Mais...

Source [Roland Hureaux] Face à la crise des Gilets jaunes, dix-neuf intellectuels ont lancé récemment un « un appel pour un nouveau catholicisme social »[1], demandant que les catholiques s’engagent en faveur du peuple des ronds-points, ou de ce que Christophe Guilluy appelle « la France périphérique », comme certains avait tenté de le faire autrefois en faveur de la  classe ouvrière, et promeuvent en particulier des « communautés solidaires » dans lesquelles toutes les classes sociales puissent se reconnaitre.

Appel d’autant plus intéressant que le constat qu’ils font de la  crise est juste et que, fait exceptionnel, il est signé par des personnalités de droite et de gauche.

Il reste que, pour donner toute sa crédibilité à untel appel, il faudrait que ses auteurs examinent la responsabilité du catholicisme social lui-même, du  moins de certains de ses avatars,  dans la crise que nous vivons aujourd’hui.  On peut en particulier penser que la monnaie unique européenne, dénoncée  par maints économistes comme une aberration[2], cause principale des distorsions qui apparaissent entre les pays d’Europe et entre les composantes de la société française, a été tenue par beaucoup comme une expression, à travers de l’idéal européen, du catholicisme social. Au point que l’épiscopat crut devoir intervenir en faveur du oui  lors du référendum très serré de 1992. 

 

La tentation de l’idéologie

 

Depuis qu’on en parle, soit un peu plus d’un siècle, la doctrine sociale de l’Eglise a toujours  été menacée par la tentation idéologique et, faute d’un retour sur ce pass , sa mise en œuvre s’exposerait aux mêmes effets pervers que ceux auxquels on assiste aujourd’hui.

Pendant dix-neuf siècles, il n’y avait pas explicitement, au sein de l’Eglise catholique, un corps de doctrine construit sur la société : tout au plus quelques points de repère : l’interdiction du prêt à intérêt – en principe toujours valide ! - , le devoir des dirigeants de faire le bien et d’être justes et celui des dirigés de leur obéir .

« Catholicisme social » est dans cette perspective un pléonasme dans la mesure où toutes les élites ont eu et ont toujours, dans l’espace chrétien et même ailleurs,  le  devoir de défendre et de promouvoir le bien de leurs peuples  – à  l’exclusion de toute  autre considération. Ce bien inclut  une sollicitude particulière pour les classes défavorisées  sans qu’il soit question pour autant de rechercher une égalité absolue.

Mais l’apparition de quelque chose qui pouvait apparaître, à tort ou à raison,  comme un corps de doctrine  structuré comportant notamment la défense des corps intermédiaires, le principe  de subsidiarité ( ce terme  ne figure cependant dans aucune encyclique) , en un siècle où les idéologies faisaient fureur   - à tous les sens du terme  – a ouvert la  porte à la tentation de  tirer le christianisme social vers l’idéologie, c’est-à-dire la  réalisation d’une utopie dont le souci passerait avant la gestion du bien commun au jour le jour.

Antonio Salazar, chef du gouvernement du Portugal de 1932 à 1968, eut l’ambition de construire un Etat en tous points conforme à la doctrine sociale de l’Eglise, alors que beaucoup  y ont vu une dictature ressemblant fort aux régimes fascistes contemporains.

Certains points de la doctrine  catholique, comme la promotion de l’esprit corporatif fondé sur la collaboration des classes, se retrouvaient d’ailleurs dans la plupart de  ces régimes. La doctrine personnaliste qui apparaît en France vers 1930 autour d’Emmanuel Mounier et de la revue Esprit comporte  une méfiance pour le libéralisme ou la notion d’individu[3]comparable  à celle que l’on trouve dans le socialisme et le  fascisme.

Après 1945, des catholiques de gauche furent  tentés par l’engagement social aux côtés du parti communiste, ce qui en conduisit certains  à considérer que l’utopie communiste – dont on ignorait à l’époque les immenses dégâts  – était la réalisation la plus accomplie de l’idéal évangélique  d’égalité, de solidarité et de pauvreté partagée. L’illusion a la vie dure : Mgr Marcelo Sanchez Sorondo, un évêque argentin proche du pape François ne déclarait-il  pas récemment   que «  le pays qui réalise le mieux  la doctrine sociale de l’Eglise est la Chine (celle de Xi) »?  Le magistère avait pourtant , avec lucidité, condamné dès 1937 de manière nette l’idéologie marxiste (Divini redemptoris) , en même temps qu’il condamnait  l’idéologie nazie (Mit brennendersorge).

En Europe occidentale,  la « construction »européenne prit le relais. Comme les idéologies d’avant-guerre,  elle était fondée sur l’idée  de dépasser les conditionnement anthropologiques  hérités du passé : l’instinct de propriété hier, l’instinct  national aujourd’hui. Par son nom même, elle se rattache à ce que Hayek appelle le « constructivisme », forme appliquée de l’idéologie.

Ses promoteurs, dont beaucoup  étaient au début sincèrement attachés au christianisme social, en vinrent assez vite à croiser les libéraux anglo-saxons auxquels la réalisation d’un espace sans frontière, tant pour les marchandises que pour les capitaux et les hommes,  ne pouvait que convenir.

L’idéologie est  par définition universelle ; elle ne saurait se cantonner à un seul pays puisqu’elle repose sur des idées  générales valables pour  tous les hommes. Le caractère idéologique d’un certain libéralisme inséparable de l’idéal européen, se voit  à la difficultéqu’il a de limiterses ambitions à un seul pays, voire à un seul continent.  Très vite , l’idéal européen est apparu comme la section régionale du projet mondialiste : Jean Monnet  le voyait d’ailleurs ainsi.

Les hauts-fonctionnaires français qui ont préparé vers 1987, autour de Jaques Delors, la libéralisation intégrale des mouvements de  capitaux, d’abord en Europe puis dans le monde , se réclamaient pour la plupart du catholicisme  social :  familiers de la finance, on  devait les retrouver aux  Semaines sociales, aux Gracques ou aujourd’hui dans  l’entourage d’Emmanuel Macron. Il est difficile, au vu de l’ immense contestation que rencontre  un peu partout le modèle de société qu’ils ont promu, de ne pas voir dans leur  position  une nouvelle forme de glissement idéologique.

Parallèlement , beaucoup de ces catholiques français , partisans d’un super-Etat européen ont rejoint le parti socialiste , lequel ,  après un siècle d’anticléricalisme jacobin,  trouve aujourd’hui ses derniers défenseurs  dans l’Ouest , terre de ce qu’Emmanuel Todd appelle  le catholicisme   « zombie » ,  où  la foi  est perdue ( et souvent  remplacée par l’idéologie)mais où  les bons sentiments demeurent.

 

Une Europe des riches

 

Ce n’est pas ici le lieu d’entrer dans une discussion nécessairement  technique sur les effets pervers, économiques et sociaux , parfaitement prévisibles , de l’euro. Rappelons seulement que ses promoteurs avaient  placé, comme autrefois Salazar , qui par cette doctrine avait  ruiné le Portugal,  la stabilité monétaire au premier rang  de leur utopie  prétendue chrétienne. Considérons surtout  ce principe général que tout ce qui rapproche les gouvernants ou les élites des différents pays  ne peut que les éloigner  des peuples. L’internationalisme est plein de bonnes intentions mais il a l’effet de séparer  les classes sociales  : les uns, les dirigeants,  sont à l’aise dans un univers mondialisé où ils  circulent aisément, les autres , prisonniers d’horizons plus courts, s’y défendent mal. Ajoutons que par  le même  effet mécanique, la mondialisation écrase aussi  les classes  moyennes , comme vient de le confirmer un rapport de l’OCDE. C’est bien là le drame que vivent aujourd’huien  France les laissés pour compte  de la mondialisation – qui ne sauraient être confondus  avec les « exclus » qui fréquentent  le Secours catholique - , mais n’en ont pas moins droit,eux aussi,à  un Etat qui leur permette de  vivre . Disons-le nettement : ils  sont d’abord les victimes de la  construction européenne si chère à certains catholiques sociaux. Une construction  où beaucoup voient,  non sans motifs, une machine de guerre des riches contre les pauvres, à l’instar du  mondialisme dont elle n’est , de l’aveu de Jean Monnet lui-même, que l’antenne régionale.

C’est avec raison que le auteurs de l’appel revendiquent d’ « édifier des communautés solidaires, fondées sur un lien de responsabilité commune » ,maison ne saurait oublier que la première de ces communautés solidaires est l’Etat , seule « société parfaite »  selon saint Thomas d’Aquin. C’est en effet  au sein de l’Etat   français tout entier  que se creusent les fractures  les plus graves  :  non   au sein des villes, des régions ou des départements , mais entre les régions, entre les villes, entre la ville et la campagne,  entre les zones  prospères et celles qui sont à la traine. Ce sont aussi les Etats  que les projets idéologiques, qu’ils soient européens ou mondialistes, sans toujours  le dire ouvertement, se proposent de disloquer.

Il va de soi qu’un pays   quel qu’il soit , ne  saurait vivre isolé dans le monde d’aujourd’hui – comme dans celui du  passé. Mais la promotion du bien commun passe d’abord par celui des nations et exige pour cela  la remise en cause résolue  de toutes les logiques  transnationales qui empêcheraient les gouvernements d’accomplir cette mission. Retour au catholicisme social, pourquoi pas ? mais non sans un sérieux examen de conscience visant les errements du passé où ceux qui se réclamaient  de cette doctrine ont eu souvent  plus que leur part de responsabilité.

 

Roland HUREAUX

[1]Tribune publiée dans La Vie le 9 janvier 2019.

[2] Selon Ashoka Mody , un économiste australien d’origine indienne dont le livre Eurotragedy (2018) a été récompensé comme le livre économique de l’année , il s’agit d’une véritable tragédie issue de l’incompétence économique des dirigeants européens.

[3] Emmanuel Mounier a fondé sa philosophie sur la distinction entre la personne et l’individu qui n’a pas de précédent dans la théologie chrétienne.