PARIS, [DECRYPTAGE/ Analyse ] — Des négociation difficiles sont en cours entre patronat et syndicats concernant la réforme de l'ARRCO et l'AGIRC. Les enjeux sont triples : 1/ le rapprochement des deux régimes, en prévision d'une fusion ultérieure ; 2/ la retraite à la carte ; 3/ les bonifications de pension pour famille nombreuse.

 

Les dizaines de régimes qui constituaient l'ARRCO ont été fusionnés depuis le 1er janvier 1999 ; la prochaine étape sera logiquement la constitution d'un régime unique pour les cadres et les non cadres du secteur privé... Verra-t-on d'autres rapprochements ou fusions ? S'agissant de retraites par répartition, le cadre professionnel ou socio-professionnel a fait la preuve de son inadéquation. Celle-ci résulte du fait qu'une profession ou catégorie peut voir ses effectifs diminuer, comme cela s'est produit pour les exploitants agricoles ou les mineurs : il est alors vain de compter sur les jeunes embrassant cette profession ou entrant dans cette catégorie pour payer les pensions de leurs aînés.

Le MEDEF propose une version de la retraite à la carte édulcorée ; les syndicats autres que la CFDT s'y opposent. Pourtant, comment obtenir un relèvement progressif de l'âge de départ en retraite, sans le rendre obligatoire, si ce n'est en pratiquant la " neutralité actuarielle ", c'est-à-dire en versant des pensions d'autant plus élevées que les bénéficiaires, commençant à les toucher plus tard, les percevront moins longtemps ? " Celui qui fait la vérité vient à la Lumière " : il s'agit tout bonnement de faire la vérité dans ce domaine des droits à la retraite où tant d'acteurs préfèrent l'ombre qui permet à certains de s'enrichir au détriment des autres.

Pour l'ARRCO, les bonifications de pension pour famille nombreuse, seraient augmentées ; au total, les parents de trois enfants y gagneraient ; les cadres ayant eu de nombreux enfants, en revanche, y perdraient, car six ou dix cesseraient de compter plus que trois. Là encore, c'est la vérité qui est mise à mal : car élever six enfants constitue un apport aux régimes de retraites deux fois plus important, en moyenne, qu'en élever trois. " Pas d'enfants, pas de retraites " : pour évident qu'il soit, le message de Sauvy est loin d'avoir fait son chemin dans les esprits.

Jacques Bichot a publié Retraites en péril (Presses de Science Po, 1999).